Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

vendredi, 24 juin 2016

Sergio Ortega

Sergio Ortega.jpg

https://www.youtube.com/watch?v=kvGamOcdFY8

Plus qu'un professeur, Sergio était un ami. Il se comportait comme tel dans tous les cas. Toujours attentionné, prévenant, compréhensif, délicat.

De nationalité chilienne, Sergio a composé pour Salvador Allende (We shall triumph).

Le chant "El pueblo unido" est devenu un symbole de liberté des peuples.

Après le coup d'état en 1973, il se réfugia en France.

Devenu directeur du conservatoire de Pantin, je l'ai rencontré dans le cours de composition qu'il donnait le jeudi où j'étais inscrite: "Musiques à l'encre fraîche".

Il y avait dans ce groupe de travail des personnes qui voulaient composer, plus ou moins confirmées. Avec son aide, son travail patient, ses idées pédagogiques de pointe et son immense talent, tout le monde avançait dans un projet collectif annuel très joyeux.

C'était un cours de composition mais pas un cours rébarbatif et très formel.

Il savait s'adapter à chacun et trouver des pistes de travail pour tous malgré les énormes différences d'âge, de niveau, de culture  (nationalités variées) qu'il y avait là entre les personnes présentes.

Il était très intelligent et d'une grande humilité dans son rapport à la musique.

Il aimait Schubert, nous citait au piano des passages des quatuors.

Sergio est décédé à Paris le 15 septembre 2003 à l'âge de 65 ans.

Son décès survenu trop tôt m'a laissé le coeur en deuil.

Quand je l'ai appris, je ne pouvais y croire et j'ai encore du mal à admettre qu'un homme aussi bon mais aussi un si excellent musicien ait pu nous quitter.

Les deux années passées dans son cours m'ont laissé un souvenir d'amitié, de générosité, d'intelligence.

Avec lui, j'ai progressé en tout.

J'ai découvert Nancarrow(compositeur américain,1912 1997) par exemple qu'il m'incitait à jouer et interpréter au piano.

Il m'a soutenu dans la composition de "Iras-tu"( poème de René Blieck) et d'autres petites pièces pour flûte ou clavecin.

J'ai arrangé pour choeur à quatre voix la chanson "Because" des Beatles.

J'ai appris que j'étais capable d'entendre des choses.

Le cours se passait au-dessus d'une école primaire et nous participions à notre manière aux heures de récréations, tous les cris, les jeux, les joies, les pleurs parfois d'enfants qui couraient partout car la salle n'était pas insonorisée.

Il s'amusait à reproduire au piano ce qu'il entendait de ces récréations et nous faisait rire souvent.

Le cours n'était pas conventionnel. Il commençait par des reconnaissances d'intervalles, d'accords, d'agrégats le matin, ensuite nous enchaînions sur des exercices de contrepoint, d'harmonie. Puis il jouait au piano le travail de chacun et apportait à ce moment-là ses avis pertinents pour tous.

Si nous utilisions systématiquement des accords consonnants, des tierces à foison dans la mélodie, il nous incitait toujours à plus de modernisme et d'inventivité.

Il savait se moquer de nous avec beaucoup d'humour. Je me souviens qu'il tournait parfois la partition à l'envers et disait:

" et comme ça?"

Nous avions des mises en loge régulières.

Les concerts et les répétitions également étaient plein de bonne humeur.

Le travail était sérieux mais tout le monde était décontracté grâce à lui et sa manière de diriger le conservatoire.

Il se plaignait parfois de manquer de budget mais se débrouillait toujours pour réaliser des merveilles.

Nous faisions des pauses café à la machine à café du conservatoire et des pauses restaurant dans le boui boui du coin très gaies avant de retourner travailler.

Un jour, il m'a offert une cassette audio avec un enregistrement de Quirivan pour violoncelle m'expliquant qu'il a écrit cette oeuvre en mémoire d'un ami assassiné sous le régime de Pinochet.

Cet homme fut attaché la tête vers le bas à un câble sous un hélicoptère et noyé dans la mer.

Il m'en a parlé avec beaucoup d'émotion.

J'ai toujours cette cassette.

Invitée chez lui plusieurs fois, j'en garde des souvenirs merveilleux Je me souviens par exemple d'un petit violoncelle dans un petit coin de sa maison. Son fils en jouait, ma fille également et il m'a montré un système afin que le violoncelle soit plus stable pour les petits.

 https://www.youtube.com/watch?v=ESFNdG_DpkE

http://www.leparisien.fr/seine-saint-denis/rendra-hommage-a-sergio-ortega-mercredi-19-09-2003-2004400965.php

 

https://www.youtube.com/watch?v=kvGamOcdFY8

23:11 Écrit par nathalie dans Rencontres

Les commentaires sont fermés.