Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 04 janvier 2016

Chopin : prélude en do Majeur n°1 opus 28

Chopin : prélude en do Majeur n°1 opus 28

Pour André Gide, le premier prélude de Chopin est une œuvre élue, une composition qu’il aime. Le mot « agitato » qui figure en tête du morceau, et qu’il a bien lu, suggère à l’écrivain une réflexion importante et intéressante.

Il pense que le mouvement voulu par Chopin n’a rien de « frénétique » ni de « désordonné ». («… entre toutes les compositions de Chopin, une de celles qui prête le plus à la mésentente, une de celles que l’on peut le plus facilement abîmer et dont la mésinterprétation me paraît la plus monstrueuse » extrait des Notes sur Chopin L’Arche 1948 page 33).

Pas de chaos, pas de vitesse excessive, le mot agitato ne signifie pas vivace et je pense qu’André Gide qui n’était pourtant pas un professionnel du piano avait raison, que ce morceau n’est qu’une grande vague, majestueuse, belle, tranquille, malgré le mot « agitato » trompeur à mon sens. Ce n’est pas la tempête, ni une agitation effrénée. Pas de grand trouble mais une belle ondulation, des remous, des élans. Certains interprètes jouent ce prélude tellement vite qu’ils démolissent le duo si tendre, à l’octave (à l’unisson) entre le ténor et le soprano. L’agitato est un agitato-écrit dans la pièce elle-même, intrinsèque par le balancement des rythmes imbriqués des quatre voix, par l’emploi du chromatisme et le rythme plus serré des trois pour deux  puis le stretto.

Pourquoi massacrer les couleurs harmoniques aux mille reflets, en jouant trop vite ?

Il n’est pas écrit qu’il ne faut rien écouter ou ne rien donner à entendre ni qu’il convient d’ôter de l’air à la mélodie ou aux arabesques de l’alto.

Il n’est pas écrit qu’il faut empêcher la respiration de la basse et du mouvement souple des gestes pianistiques.

Chopin sait demander à ses interprètes lorsqu’il souhaite un agitato plus vif comme dans l’indication du prélude N° 8 en fa dièse mineur où il écrit Molto agitato (très agité) bien que là encore cela ne signifie pas un prestissimo.

 

00:44 Écrit par nathalie dans Interprétation, Les compositeurs, Pédagogie | Commentaires (0)

Les commentaires sont fermés.