Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

dimanche, 02 février 2014

L'harmonium en fête: quelques photos du 26 janvier 2014 à Aulas

Aulas 23 janvier 2014 056.JPGAulas 23 janvier 2014 029.JPGDebain 1878 HR.jpg26012014-IMG_5843.jpgCIMG0022.JPGIMG_3509 [1600x1200].JPGAulas 23 janvier 2014 026.JPG

01:15 Écrit par nathalie dans Harmoniums | Commentaires (0)

samedi, 26 octobre 2013

Ensemble vocal de Montpellier et l'orchestre Contrepoint:19 octobre 2013 , répétition et concert, Les Salles du Gardon

Les Salles du gardon 022.JPGLes Salles du gardon 024.JPGLes Salles du gardon 038.JPGLes Salles du gardon 042.JPGLes Salles du gardon 048.JPG

14:23 Écrit par nathalie dans Concerts, enregistrements | Commentaires (0)

Ensemble vocal de Montpellier: 17 octobre 2013, répétition à l'opéra de Montpellier


opéra 115.JPGopéra 134.JPGopéra 187.JPG

opéra 169.JPGopéra 118.JPG

14:07 Écrit par nathalie dans Concerts, enregistrements | Commentaires (0)

dimanche, 14 juillet 2013

L'agrégatif

Il est le résultat de sons émis simultanément ou accumulés successivement

Composé harmoniquement (accords) ou non (accumulation de notes mélodiques), sa nature est plus ou moins compacte.

Il peut être également la somme de plusieurs systèmes (polyharmonie).

Dans le troisième choral pour orgue de César Franck, le largamente mesure 6 nous fait entendre une très belle accumulation harmonique qui contraste avec le thème vif du début.

21:38 Écrit par nathalie dans Matériel musical | Commentaires (0)

dimanche, 09 juin 2013

L'orgue classique français (registration)

Les compositeurs français qui ont écrit pour l'orgue à l'époque dite "clasique", ont défini la registration dans les titres de leurs pièces écrites.

La registration et la manière de placer les mains sur les claviers se déduit donc à la lecture du titre de la pièce selon un code précis.

Pour coïncider avec les tessitures des voix, le clavier était subdivisé en zones correspondantes.

La première octave correspond à la basse.

La deuxième octave à la taille (baryton ou ténor),

Le reste du clavier appelé dessus se subdivise en:

-Premier dessus (correspondant à l'alto) 

-Deuxième dessus (correspondant au soprano).

Dans l'orgue français, la division entre basse et dessus est fixée au troisième ut (ou do).

- Basse: désigne une pièce qui utilise un jeu de solo joué à la main gauche à la basse, accompagné à la main droite par des fonds.

Se présente sous la forme : Basse de TrompetteBasse de Cromorne, Basse de....

Parmi les registres de l'orgue, il arrive que certains jeux portent un nom semblable.

Ce sont généralement des demi registres qui ne parlent que sur la moitié inférieure du clavier.

 L'on trouve ainsi des Basse de Viole, Basse de Flûte, Basse de Bombarde, etc.

- Tailledésigne une pièce qui utilise un jeu de solo joué à la main gauche et à la taille (ténor, baryton), accompagné à la main droite par des fonds. Se présente sous la forme: 

Cromorne en TailleTierce en TailleTrompette en Taille.

-Dessus: désigne une pièce qui utilise un jeu de solo joué à la main droite et sur le dessus (alto ou soprano), accompagné à la main gauche par des fonds. Se présente sous la forme :

Dessus de CornetDessus de TrompetteDessus de Cromorne.

Parmi les registres de l'orgue, il arrive que certains jeux portent un nom semblable.

Ce sont généralement des demi registres qui parlent sur la moitié supérieure du clavier (à partir de l'ut3) et l'on trouve ainsi des Dessus de Bombarde, Dessus de Flûte, Dessus de Tierce, etc   

Tierce : Désigne généralement le petit jeu de tierce complet:

Bourdon de 8, Prestant de 4, Doublette de 2, Nasard, Tierce, Larigot

-Tierce en tailledésigne une pièce qui utilise le jeu de tierce joué en solo à la main gauche et à la taille (registre du ténor), accompagné à la main droite par des fonds:

Bourdon de 8, flûte de 4 ou deux huit pieds et une pédale de flûte (souvent 8 pieds seulement)

-Deux dessus: désigne une registration nécessitant trois claviers.

L'accompagnement se fait soit à la main gauche, soit à la pédale, sur les fonds, et les soli sont exécutés alternativement (main droite seule) ou simultanément (les deux mains) sur deux dessus de claviers séparés, chacun ayant une registration différente, de préférence contrastée pour bien faire entendre les différentes voix. Dans la musique française les deux dessus ne se font généralement entendre que dans le trio.

-Grands jeux: (se dit aussi au singulier, le Grand Jeu), désignent le mélange le plus puissant de l'orgue classique traditionnellement constitué de la batterie d'anches:

Bombarde, trompette, Clairon (batterie d'anches), prestant, doublette, jeu de tierce ou cornet (ou les deux).

Il se joue toujours sur le clavier du Grand Orgue.

-Petit jeu: désigne la version réduite du Grand Jeu:

Clavier du Positif : Cromorne, un prestant et un petit jeu de tierce.

Il peut aussi se jouer au clavier du grand orgue, la trompette remplaçant alors le Cromorne.

Ces combinaisons dépendent aussi de la puissance de l'orgue. En principe, si le Grand Jeu parle en 16 + 8 + 4, il est implicite d'avoir un Petit Jeu en 8 + 4, mais si le Grand Jeu est un 8 + 4, le Petit se fondera sur une anche de 8.

- Dialogue: Pièce faisant alterner le petit jeu et le grand jeu.

- Récit: morceau faisant chanter une mélodie sur un jeu soliste, généralement en s'appuyant sur un thème de choral, orné et varié ( exemple: récit de chromorne, récit de cornet)

- Fugue: canon à la quinte et à l'octave pouvant aller jusqu'à six voix. Se joue généralement sur les tierces (grand jeu et petit jeu de tierces) avec pédale de flûtes (16+8) et parfois sur les anches.

- Plein Jeu: seul cas, dans la musique classique française, où l'on voit se développer une harmonie sans contrepoint et parfois même sans mélodie. Les pleins jeux sont généralement des modulations constituées de quatre à huit parties, posées parfois sur un cantus firmus joué à la pédale sur une trompette.

Le petit Plein Jeu se joue sur le Positif et le Grand Plein Jeu sur le Grand Orgue.

Dans les deux cas, il est toujours constitué par l'ensemble des principaux (jeux de fonds)

et des mixtures (fourniture, cymbale, plein-jeu)

Dans l'orgue classique français, on trouve au minimum trois principaux en 8, 4 et 2 pieds.

Sur les instruments monumentaux (par exemple l'orgue de Notre Dame de Paris) on trouve la famille complète : 32, 16, 8, 4, 2 et 1 pied.

Les jeux de fonds(ou fond d'orgue) sont les jeux les plus importants et constituent le corps harmonique de l'orgue. 

La Montre est un principal placé en façade de l'orgue (qui se montre)

Le Prestant est un principal de 4 pieds.

La Doublette est un principal de deux pieds.

Le Cantus Firmus (chant premier) est une mélodie en valeurs longues:

« Le Cantus firmus, religieux ou profane, vocal ou instrumental, peut être littéral, interrompu, dissimulé, migrant, orné, modulant, déformé, abrégé, associé au procédé de la parodie ; il peut engendrer des imitations et des variations, être traité en canon. » (Jean Titelouze)

En pratique il s'agit du thème exposé le plus souvent en valeur longues et à la basse. Bien qu'il en existe d'autres variantes, c'est celle-là qu'on rencontre le plus.

03:09 Écrit par nathalie dans Orgue | Commentaires (0)