Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

lundi, 11 janvier 2016

-La valse

Pour la danser chez vous,  évitez la moquette et les chaussettes,offrez-vous plutôt un beau parquet bien glissant et des chaussures à semelles de cuir.

Si vous êtes une femme, trouvez un homme solide, (pas question de tomber en tournant avec lui) et si vous êtes un homme, proposez vos bras à une femme élégante qui aimera se laisser entraîner dans la danse.

Les longues robes sont généralement appréciées, mais, si, mesdames, vous montrez vos jolies jambes dans une robe courte de Jean-Paul Gaultier, vous ne décevrez personne.

Sachez compter jusqu'à au moins trois, quoique si vous avez le sens de la cadence cela peut s'avérer superflu.

En général, cela se sait, la valse se danse à trois temps (il y a des exceptions diverses dont celle à mille temps dont Monsieur Jacques Brel nous parle dans une célèbre chanson).

Comme vous l'avez déjà deviné, j'aime les valses (parmi beaucoup d'autres choses) et je viendrai vous parler de certaines d'entre elles de temps en temps.

L'une des charmantes valses pour piano de Chopin, remise en 1901 à la Bibliothèque du Conservatoire par un membre de la famille Rothschild, a attiré mon attention depuis longtemps et j'aime la faire découvrir à mes élèves.

Retrouvée plus de 50 ans après le décès de Chopin, cette petite perle s'est ajoutée à la production du compositeur en faisant l'enchantement de tous.

Un manuscrit que Chopin a probablement écrit pour Madame Charlotte de Rothschild et sa fille qui comptaient parmi ses élèves.

En la mineur, c'est une petite pièce abordable dès les débuts d'apprentissage du piano.

Une petite merveille !

14:32 Écrit par nathalie dans Les danses | Commentaires (0)

-Tension et détente par Nathalie Decorde

Tension et détente sont des états opposés. Il est normal et naturel d'éprouver des tensions et des détentes.

Sans tensions, il n'y a pas de vie.

Sans détente, on court à la maladie.

Une bonne technique de piano passe par la pratique des gestes avec leurs tensions et leurs détentes.

Inappropriés (et combien souvent c'est le cas), ces gestes vont créer des problèmes importants surtout lorqu'ils deviennent répétitifs au long des années d'apprentissage et de pratique de l'instrument.

Ces problèmes s'accumulent la plupart du temps: blocages dans la circulation des énergies vitales (liquides, influx nerveux), douleurs musculaires, ralentissement, crispations, lesquels engendrent à leur tour des émotions négatives telles des peurs, le manque de confiance en soi, l'absence d'écoute, etc...et surtout l'impossibilité de jouer correctement.

Devenir pianiste, c'est avant tout prendre conscience des états de notre corps et de notre esprit à travers une profusion de possibilités.

Pour réussir à jouer, ces possibilités se réduisent parfois à des mouvements extrêmement précis et parfaitement adaptés aux difficultés à maîtriser.

L'art du piano est une question de connaissance puis de pratique de ces connaissances comparables par exemple au yoga, aux arts martiaux ou à des sports de haut niveau auxquels il convient d'ajouter les sons et les techniques  de compositions musicales existantes.

Mais attention, si l'ignorance mène à la confusion totale, la connaissance ne doit pas mener à de trop grandes illusions ou à de l'orgueil mal placé. La réflexion , l'humilité restent des règles importantes durant toute la vie d'un pianiste.

14:30 Écrit par nathalie dans Pédagogie | Commentaires (0)

lundi, 04 janvier 2016

Chopin : prélude en do Majeur n°1 opus 28

Chopin : prélude en do Majeur n°1 opus 28

Pour André Gide, le premier prélude de Chopin est une œuvre élue, une composition qu’il aime. Le mot « agitato » qui figure en tête du morceau, et qu’il a bien lu, suggère à l’écrivain une réflexion importante et intéressante.

Il pense que le mouvement voulu par Chopin n’a rien de « frénétique » ni de « désordonné ». («… entre toutes les compositions de Chopin, une de celles qui prête le plus à la mésentente, une de celles que l’on peut le plus facilement abîmer et dont la mésinterprétation me paraît la plus monstrueuse » extrait des Notes sur Chopin L’Arche 1948 page 33).

Pas de chaos, pas de vitesse excessive, le mot agitato ne signifie pas vivace et je pense qu’André Gide qui n’était pourtant pas un professionnel du piano avait raison, que ce morceau n’est qu’une grande vague, majestueuse, belle, tranquille, malgré le mot « agitato » trompeur à mon sens. Ce n’est pas la tempête, ni une agitation effrénée. Pas de grand trouble mais une belle ondulation, des remous, des élans. Certains interprètes jouent ce prélude tellement vite qu’ils démolissent le duo si tendre, à l’octave (à l’unisson) entre le ténor et le soprano. L’agitato est un agitato-écrit dans la pièce elle-même, intrinsèque par le balancement des rythmes imbriqués des quatre voix, par l’emploi du chromatisme et le rythme plus serré des trois pour deux  puis le stretto.

Pourquoi massacrer les couleurs harmoniques aux mille reflets, en jouant trop vite ?

Il n’est pas écrit qu’il ne faut rien écouter ou ne rien donner à entendre ni qu’il convient d’ôter de l’air à la mélodie ou aux arabesques de l’alto.

Il n’est pas écrit qu’il faut empêcher la respiration de la basse et du mouvement souple des gestes pianistiques.

Chopin sait demander à ses interprètes lorsqu’il souhaite un agitato plus vif comme dans l’indication du prélude N° 8 en fa dièse mineur où il écrit Molto agitato (très agité) bien que là encore cela ne signifie pas un prestissimo.

 

00:44 Écrit par nathalie dans Interprétation, Les compositeurs, Pédagogie | Commentaires (0)

samedi, 02 mai 2015

Piano et théâtre à Porto

Il y a bien des années déjà, je suis allée jouer dans la belle ville de Porto.

A l'occasion d'un festival de théâtre avec Lidia Martinez qui dirigeait la compagnie "Bouche cousue".

Les textes de Pessoa étaient à ce moment-là une découverte et une révélation .

Poésie, théâtre et ... piano.

Schubert, Satie, Scarlatti étaient encore là avec moi, avec nous.

Magnifique façon d'aller voir ce beau Portugal coloré que je revisiterais volontiers .

 

"Nombreux sont ceux qui vivent en nous;

Si je pense, si je ressens, j'ignore

Qui est celui qui pense, qui ressent.

Je suis seulement le lieu

Où l'on pense, où l'on ressent.."

(Ricardo Reis ou Fernando Pessoa)

23:37 Écrit par nathalie dans Concerts, enregistrements | Commentaires (0)

dimanche, 02 février 2014

L'harmonium en fête: quelques photos du 26 janvier 2014 à Aulas

Aulas 23 janvier 2014 056.JPGAulas 23 janvier 2014 029.JPGDebain 1878 HR.jpg26012014-IMG_5843.jpgCIMG0022.JPGIMG_3509 [1600x1200].JPGAulas 23 janvier 2014 026.JPG

01:15 Écrit par nathalie dans Harmoniums | Commentaires (0)