Ok

En poursuivant votre navigation sur ce site, vous acceptez l'utilisation de cookies. Ces derniers assurent le bon fonctionnement de nos services. En savoir plus.

samedi, 27 mai 2017

Les amis de l'orgue du temple d'Anduze

170402_Temple_025.jpg

 

Temple d'Anduze (Gard) prochain concert: lundi 5 juin 2017 à 17h.

L'ensemble Oiseau Lyre viendra nous réjouir avec des oeuvres de musique de l'époque baroque (entre autres compositeurs: Fiocco, Haendel et Bach) 

Entrée libre. Venez nombreux.

P1220723.JPG

00:07 Écrit par nathalie dans Concerts, enregistrements, Orgue | Commentaires (0)

jeudi, 23 mars 2017

Anduze: association des amis de l'orgue"

 Le concert d’ouverture de la saison aura lieu le 2 avril 2017 à 17 heures.

L'organiste Georges Lartigau, assurera ce premier rendez-vous musical de l'année 2017.

Il propose un voyage à travers l’Europe baroque.

Voici l'affiche du concert

Je vous remercie si vous pouviez en faire une diffusion la plus large possible.

Bien à vous

Nathalie DECORDE

Secrétaire des amis de l'orgue d'Anduze

06 14 27 62 62

Georges Lartigau a fait ses études musicales à Pau et à Versailles.

Parallèlement à son métier de professeur à l'Ecole Nationale de Musique de l'Aveyron jusqu'en 2002 et professeur d'orgue et de clavecin au conservatoire départemental de la Creuse jusqu'en 2013, il a donné des concerts en France et à l'étranger en tant que soliste ou accompagnateur.

Il a réalisé un bon nombre de CD et contribué à l'édition d'œuvres pour orgue (Ed.Armiane à Versailles)

Il est très investi également dans la protection du patrimoine et rapporteur du ministère de la culture à la Commission des orgues historiques.

 Concert 020417.png

 

 

 

17:46 Écrit par nathalie dans Orgue | Commentaires (0)

lundi, 20 mars 2017

Le jeu de montre

P1000552.JPG

Orgue de la Collégiale Saint-Martin à Saint-Rémy- de -Provence: cette photo est prise de la tribune.

 

Il n'est pas rare que diverses questions me soient posées.
 
Exemple de questions:
 
" C'est quoi ces tirettes?"
 
" C'est vrai qu'on joue avec les pieds?"
 
" Comment ça marche tous ces tuyaux?"
 
"Il faut pédaler avec les pieds, non?"
 
"Il y a de drôles de bidules, ça s'appelle comment, les boutons où y'a écrit un truc?"
 
"C'est pas trop compliqué de jouer là-dessus?"
 
La dernière question en date qui m'a été posée était charmante, les connaisseurs pourront apprécier:
 
"Il y a une montre qui donne l'heure?"
 
C'était une dame, qui m'avait gentiment apporté une partition à la tribune où je travaillais. Question logique n'est-ce-pas?
 
N'ayant pas le temps de lui expliquer, je lui ai dit que je répondrai un peu plus tard à sa question.
 
 
L'orgue n'étant généralement pas accessible au public (curieux ou non), il est évident que nombre de gens n'ont jamais vu un orgue de près, parfois sur des photos, mais la plupart du temps, ils n'y connaissent rien hormis qu'ils le voient dans les églises, en général perché, souvent très haut.
 
Si un organiste est en train de jouer, il leur arrive de s'asseoir et d'écouter un moment bien-sûr mais cela ne renseigne pas sur le fonctionnement d'autant que la plupart du temps, on ne voit pas jouer l'organiste.
 
Pour ceux qui assistent aux offices et ont donc plus l'habitude de l'entendre, nombre d'entre eux ne l'ont jamais vu de près non plus.
 
 Sans compter tous ceux qui ne rentrent jamais dans un édifice religieux mais dont la curiosité s'éveille s'il leur arrive de parler avec un organiste ou d'assister à un concert.
 
 Aujourd'hui, je vais tenter de répondre à cette dame, laquelle voulait savoir comment la montre donnait l'heure car ce jour-là, je n'avais pas beaucoup de temps devant moi, devant jouer pour un baptême.
 
Il y a bien-sûr de très nombreuses personnes qui savent se servir d'un orgue et de très nombreuses autres qui savent les construire, les entretenir sans compter ceux qui sont des amateurs éclairés sur la question.
 
Ceux-là n'apprendront pas grand chose au sujet de la montre qui donne l'heure.
 
En fait la réponse est simple: et je vous la donne avec les photographies.
 
Le mot "montre" inscrit sur le tirant de registre ou sur les étiquettes, indique que l'on peut mettre l'air en circulation, dans les tuyaux de façade lesquelles se montrent, d'où leur nom et qu'en effet tout le monde peut voir.
 
Voici deux autres photographies:
 
l'orgue de la cathédrale de Montpellier
 
l'orgue du temple de Saint-Hippolyte-du-Fort en Cévennes.091.JPG

orgue saint-Hippolyte-du-Fort 042.JPG

 
Donc pas d'heure, pas de machinerie d'horloge.
 
Toutefois, je vais apporter quelques infos supplémentaires.
 
La montre est un jeu d'orgue.
 
On entend par jeu une série de tuyaux de même timbre qui parlent sur toute l'étendue d'un clavier.
 
Le clavier peut être manuel ou de pédale.
Oui, oui, il y a un clavier pour les pieds.
 
Les jeux de montre sont des tuyaux à bouche, ouverts.
 
Selon la taille de l'orgue, on trouve des montres de 32, 16 ou 8 pieds, parfois de quatre (plus rare).
 
Car on mesure les tuyaux comme les anglais avec des pieds.
Gardons-nous cependant de penser que les orgues sont d'origine anglaise car le pied est une unité de mesure, de longueur plus exactement, qui correspond à celle d'un pied humain: 0,3048 mètres qui, dans l'histoire de l'humanité, est en fait la plus ancienne unité de mesure.
Elle existait déjà trois ou quatre siècles av JC.
L'empire britannique l'a conservée.
Si votre pied est de cette taille, vous pouvez calculer la longueur d'un tuyau d'orgue sans avoir recours à un mètre.
Cette hauteur est calculée depuis la bouche du tuyau. Mais ce n'est pas simple de marcher à la verticale, c'est moins dangereux de se servir de ses pieds pour mesure la distance du cochonnet à la boule au jeu de pétanque.
 
Les facteurs (fabricants d'orgue) ont gardé comme les anglais l'habitude de mesurer les tuyaux en pieds.
 
C'est la raison pour laquelle on peut voir écrit par exemple:
Montre 8 sur un tirant de registre ou sur une étiquette du registre.
Cette mesure correspond au tuyau le plus grave du jeu.
 
Les jeux de montre offrent une grande présence sonore aux tuyaux, qui chantent différemment de ceux qui sont enfermés, dont par exemple, les tuyaux bouchés, ou bourdons, lesquels sont plus doux mais comptent parmi les grands indispensables, car si le positionnement en façade constitue la partie visible de l'orgue, il existe de nombreux autres jeux cachés derrière ceux qui se montrent.
 
De plus, du fait qu'on les voit, les montres sont depuis des siècles, prétexte à de belles décorations, et sont encadrées dans de magnifiques buffets.
 
Elles ont une apparence très soignée, parfois peintes , les bouches peuvent être argentées ou dorées à la feuille. 
En étain, leur aspect est brillant, alors que les tuyaux cachés sont souvent d'un alliage moins riche (étain et plomb) de couleur grisâtre.
 
Enfin, l'utilisation de ces jeux varient selon le répertoire que l'on joue.
 
Cela s'appelle la registration.
 
 
 
 
 

21:47 Écrit par nathalie dans Les instruments de musique, Orgue | Commentaires (2)

dimanche, 09 juin 2013

L'orgue classique français (registration)

Les compositeurs français qui ont écrit pour l'orgue à l'époque dite "clasique", ont défini la registration dans les titres de leurs pièces écrites.

La registration et la manière de placer les mains sur les claviers se déduit donc à la lecture du titre de la pièce selon un code précis.

Pour coïncider avec les tessitures des voix, le clavier était subdivisé en zones correspondantes.

La première octave correspond à la basse.

La deuxième octave à la taille (baryton ou ténor),

Le reste du clavier appelé dessus se subdivise en:

-Premier dessus (correspondant à l'alto) 

-Deuxième dessus (correspondant au soprano).

Dans l'orgue français, la division entre basse et dessus est fixée au troisième ut (ou do).

- Basse: désigne une pièce qui utilise un jeu de solo joué à la main gauche à la basse, accompagné à la main droite par des fonds.

Se présente sous la forme : Basse de TrompetteBasse de Cromorne, Basse de....

Parmi les registres de l'orgue, il arrive que certains jeux portent un nom semblable.

Ce sont généralement des demi registres qui ne parlent que sur la moitié inférieure du clavier.

 L'on trouve ainsi des Basse de Viole, Basse de Flûte, Basse de Bombarde, etc.

- Tailledésigne une pièce qui utilise un jeu de solo joué à la main gauche et à la taille (ténor, baryton), accompagné à la main droite par des fonds. Se présente sous la forme: 

Cromorne en TailleTierce en TailleTrompette en Taille.

-Dessus: désigne une pièce qui utilise un jeu de solo joué à la main droite et sur le dessus (alto ou soprano), accompagné à la main gauche par des fonds. Se présente sous la forme :

Dessus de CornetDessus de TrompetteDessus de Cromorne.

Parmi les registres de l'orgue, il arrive que certains jeux portent un nom semblable.

Ce sont généralement des demi registres qui parlent sur la moitié supérieure du clavier (à partir de l'ut3) et l'on trouve ainsi des Dessus de Bombarde, Dessus de Flûte, Dessus de Tierce, etc   

Tierce : Désigne généralement le petit jeu de tierce complet:

Bourdon de 8, Prestant de 4, Doublette de 2, Nasard, Tierce, Larigot

-Tierce en tailledésigne une pièce qui utilise le jeu de tierce joué en solo à la main gauche et à la taille (registre du ténor), accompagné à la main droite par des fonds:

Bourdon de 8, flûte de 4 ou deux huit pieds et une pédale de flûte (souvent 8 pieds seulement)

-Deux dessus: désigne une registration nécessitant trois claviers.

L'accompagnement se fait soit à la main gauche, soit à la pédale, sur les fonds, et les soli sont exécutés alternativement (main droite seule) ou simultanément (les deux mains) sur deux dessus de claviers séparés, chacun ayant une registration différente, de préférence contrastée pour bien faire entendre les différentes voix. Dans la musique française les deux dessus ne se font généralement entendre que dans le trio.

-Grands jeux: (se dit aussi au singulier, le Grand Jeu), désignent le mélange le plus puissant de l'orgue classique traditionnellement constitué de la batterie d'anches:

Bombarde, trompette, Clairon (batterie d'anches), prestant, doublette, jeu de tierce ou cornet (ou les deux).

Il se joue toujours sur le clavier du Grand Orgue.

-Petit jeu: désigne la version réduite du Grand Jeu:

Clavier du Positif : Cromorne, un prestant et un petit jeu de tierce.

Il peut aussi se jouer au clavier du grand orgue, la trompette remplaçant alors le Cromorne.

Ces combinaisons dépendent aussi de la puissance de l'orgue. En principe, si le Grand Jeu parle en 16 + 8 + 4, il est implicite d'avoir un Petit Jeu en 8 + 4, mais si le Grand Jeu est un 8 + 4, le Petit se fondera sur une anche de 8.

- Dialogue: Pièce faisant alterner le petit jeu et le grand jeu.

- Récit: morceau faisant chanter une mélodie sur un jeu soliste, généralement en s'appuyant sur un thème de choral, orné et varié ( exemple: récit de chromorne, récit de cornet)

- Fugue: canon à la quinte et à l'octave pouvant aller jusqu'à six voix. Se joue généralement sur les tierces (grand jeu et petit jeu de tierces) avec pédale de flûtes (16+8) et parfois sur les anches.

- Plein Jeu: seul cas, dans la musique classique française, où l'on voit se développer une harmonie sans contrepoint et parfois même sans mélodie. Les pleins jeux sont généralement des modulations constituées de quatre à huit parties, posées parfois sur un cantus firmus joué à la pédale sur une trompette.

Le petit Plein Jeu se joue sur le Positif et le Grand Plein Jeu sur le Grand Orgue.

Dans les deux cas, il est toujours constitué par l'ensemble des principaux (jeux de fonds)

et des mixtures (fourniture, cymbale, plein-jeu)

Dans l'orgue classique français, on trouve au minimum trois principaux en 8, 4 et 2 pieds.

Sur les instruments monumentaux (par exemple l'orgue de Notre Dame de Paris) on trouve la famille complète : 32, 16, 8, 4, 2 et 1 pied.

Les jeux de fonds(ou fond d'orgue) sont les jeux les plus importants et constituent le corps harmonique de l'orgue. 

La Montre est un principal placé en façade de l'orgue (qui se montre)

Le Prestant est un principal de 4 pieds.

La Doublette est un principal de deux pieds.

Le Cantus Firmus (chant premier) est une mélodie en valeurs longues:

« Le Cantus firmus, religieux ou profane, vocal ou instrumental, peut être littéral, interrompu, dissimulé, migrant, orné, modulant, déformé, abrégé, associé au procédé de la parodie ; il peut engendrer des imitations et des variations, être traité en canon. » (Jean Titelouze)

En pratique il s'agit du thème exposé le plus souvent en valeur longues et à la basse. Bien qu'il en existe d'autres variantes, c'est celle-là qu'on rencontre le plus.

03:09 Écrit par nathalie dans Orgue | Commentaires (0)